À quoi sert la géographie ?

Titre:

Description :

À quoi sert la géographie ?

Per­rine Michon, Jean-Robert Pitte (dir.)
Presses uni­ver­si­taires de France, 2021,
442 pages, 25 euros

 

À l’occasion du bicen­te­naire (!) de la Socié­té de géo­gra­phie, la fran­çaise étant la plus vieille au monde, son pré­sident Jean-Robert Pitte, pro­fes­seur émé­rite à la Sor­bonne, a eu la bonne idée de réunir dans un ouvrage col­lec­tif, qu’il dirige avec Per­rine Michon, maître de confé­rences à l’université de Paris-Est-Cré­teil, des contri­bu­tions d’horizons divers (géo­graphes bien sûr, mais aus­si his­to­riens, poli­tistes, écri­vains…) à pro­pos des dif­fé­rents champs et poten­tia­li­tés de la géo­gra­phie hier, aujourd’hui et demain. 

Alors que cer­tains la voient désor­mais, bien à tort, comme un « parent pauvre » des sciences sociales, la géo­gra­phie est au contraire à la confluence des savoirs sur « l’Homme et la Terre » (pour reprendre le titre du célèbre trai­té d’Élisée Reclus, génial géo­graphe et anar­chiste fran­çais), remise au goût du jour par l’importance du chan­ge­ment cli­ma­tique et la pro­blé­ma­tique de l’anthropocène, bien sûr, mais aus­si par la révo­lu­tion numé­rique pro­vo­quée par les sys­tèmes d’information géo­gra­phiques et de géo­lo­ca­li­sa­tion en temps réel. Il ne faut pas non plus oublier le lien qu’elle a éta­bli de longue date avec la lit­té­ra­ture et les récits de voyage, comme l’illustrent à la fin du livre les entre­tiens avec Erik Orsen­na, Michel Bus­si, Jean-Bap­tiste Mau­det, Emma­nuel Ruben, Jean-Louis Tis­sier et Antoine de Baecque.

His­toire de la dis­ci­pline des ori­gines à nos jours (Paul Cla­val), néces­si­té d’une géo­gra­phie de l’environnement (Syl­vie Bru­nel, Paul Arnould), actua­li­tés géo­po­li­tiques (Béa­trice Giblin), lien avec l’action publique et, en par­ti­cu­lier, avec l’aménagement du ter­ri­toire et l’urbanisme (Anna Gep­pert), ain­si qu’avec la démo­gra­phie (Gérard-Fran­çois Dumont), sans oublier les sen­si­bi­li­tés (Jean-Robert Pitte)… Comme on le voit, les thèmes évo­qués par l’ouvrage sont vastes et pas­sion­nants, lais­sant sa juste place à la ques­tion de l’enseignement de la géo­gra­phie, à l’école comme dans les for­ma­tions pro­fes­sion­nelles, ain­si qu’à celle de son rap­port aux Fran­çais (son­dage de l’Ifop décryp­té par Jérôme Four­quet), pas si fâchés avec elle. Alors qu’elle est incon­tour­nable pour com­prendre (et chan­ger) le monde, la géo­gra­phie tend cepen­dant à être délais­sée, y com­pris par la jeu­nesse. Puissent cet ouvrage et la Socié­té de géo­gra­phie œuvrer à dif­fu­ser son utilité !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00