Broadway

Titre:

Description :

Chris­tos Massalas
Le Pacte, actuel­le­ment en salles

En plein centre d’Athènes, une salle de spec­tacle aban­don­née répond au nom de Broad­way. Loin de res­sem­bler aux théâtres clin­quants de la Grosse Pomme, ce lieu déli­ques­cent est squat­té par une com­pa­gnie de bri­gands vivant chi­che­ment de menus lar­cins et pas­sant le plus clair de leur temps sur la ter­rasse du bâti­ment domi­nant la métro­pole grecque. Le petit gang est bien­tôt rejoint par Nel­ly, une dan­seuse en fugue recru­tée par Mar­kos, cer­veau de la bande. Celle-ci met alors au point une nou­velle arnaque en se pro­dui­sant dans la rue pen­dant que ses com­plices détroussent dis­crè­te­ment les spectateurs.

Mais l’équilibre de la com­mu­nau­té est bou­le­ver­sé lorsque qu’échoue à Broad­way un jeune homme griè­ve­ment bles­sé, pré­nom­mé Jonas. Il est recher­ché par Mara­boo, le par­rain de la ville, pour être le seul à connaître son iden­ti­té. Décou­vrant les talents de dan­seur de Jonas, Nel­ly décide de le gri­mer en femme et de l’appeler Bar­ba­ra. Ensemble, ils vont mon­ter un nou­veau spec­tacle de rue pour abu­ser les pas­sants, sans plus ris­quer que Jonas ne soit repé­ré par la pègre. Croient-ils…

Cinéaste de « la dégra­da­tion du cadre urbain », le grec Chris­tos Mas­sa­las rend hom­mage à sa capi­tale, peu explo­rée au ciné­ma, et aborde en creux la place de l’artiste dans la ville. For­mant une sorte de rési­dence sau­vage, la bande de Mar­kos, qui n’est pas sans rap­pe­ler celle des voleurs d’Oliver Twist, se voit condam­née à la mar­gi­na­li­té dans une cité qui se remet elle-même d’une crise natio­nale. Quand on sait que la culture, ce pan « non essen­tiel » de nos vies, est sou­vent le der­nier sec­teur aidé après une crise éco­no­mique (la France fait en cela figure d’exception en Europe), les acteurs du spec­tacle en seraient donc réduits à voler pour man­ger, tels des para­sites par­qués dans leurs théâtres lépreux.

Il faut pré­ci­ser que le Broad­way existe réel­le­ment. En décou­vrant le lieu, Mas­sa­las a déci­dé d’en faire « la co-star du film », à éga­li­té avec Athènes : « Dans le film, la ville est à la fois sombre et colo­rée, bes­tiale, par­fois en ruine, et par­fois en cours de res­tau­ra­tion, raconte le réa­li­sa­teur […] Ce qui rend la ville gigan­tesque dans mon esprit, c’est peut-être le manque de cohé­rence, le fait de ne jamais savoir quelle image on va ren­con­trer dans la pro­chaine ruelle, et de ne pas savoir ce qui peut vous arriver. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00