La fabrique urbaine, émission radiophonique

La Fabrique urbaine est une émission qui explore les coulisses de la ville et décrypte l’actualité urbaine.

Deux fois par mois, nous par­tons à la décou­verte de la ville avec la ren­contre d’universitaires, d’écrivains, d’artistes et de ses déci­deurs afin de mieux cer­ner les enjeux de la ville du XXIe siècle.
Ren­contres, échanges et débats sur les enjeux de la ville agré­mentent les émissions.
La Fabrique Urbaine est une émis­sion pro­duite et ani­mée par Aldo Bearzatto.

Les 8 der­nières émis­sions sont à décou­vrir ci-dessous.

La fabrique urbaine #49 : on répare la ville avec Sylvain Grisot
A écouter ici

1972 : Publi­ca­tion [de The Limits to growth] ou « rap­port Mea­dows », le rap­port com­man­di­té par le Club de Rome et pré­pa­ré par une équipe de scien­ti­fiques du Mas­sa­chu­setts Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy, pro­duit un impact consi­dé­rable sur le monde aca­dé­mique et politique
1974 : René Dumont est le 1er can­di­dat éco­lo­giste à l’élection présidentielle
1988 : 1er rap­port du GIEC
2002 : « La mai­son brûle mais nous regar­dons ailleurs »
2003 : Cani­cule en France
2015 : Accord de Paris sur le Climat
Février 2020 : début de pro­pa­ga­tion du virus SARS COV 2
2021 : Incen­dies excep­tion­nels en Aus­tra­lie et aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, où en sommes-nous ? Est ce que notre approche au monde a chan­gé ? Doit-on se résoudre à vivre avec 2°C de plus ? Doit-on fuir les villes ? Com­ment adap­ter nos vies et nos villes face aux chan­ge­ments cli­ma­tiques irrémédiables ?
Notre invi­té Syl­vain Gri­sot sou­haite par­ta­ger dans son livre ces ques­tion­ne­ments plus que ces certitudes.
 
Dans la seconde par­tie de l’émission, nous retrou­ve­rons notre chro­ni­queur Xavier Capo­da­no qui nous pro­po­se­ra un livre à découvrir.
La fabrique urbaine #48 : Vroumvroum sur le Péril !
A écouter ici
Notre invi­té André Lor­tie revient sur l’his­toire extra­or­di­naire et sin­gu­lière du périf’ pari­sien dans l’histoire urbaine. Quel déve­lop­pe­ment et quels pro­jets sont pos­sibles ? Des for­tifs au périph’, en pas­sant par la zone, jusqu’au déve­lop­pe­ment de nou­veaux pro­jets afin de limi­ter la cou­pure phy­sique entre Paris et sa ban­lieue, nous reve­nons sur plus d’un siècle d’une his­toire passionnante.
 
Juliette nous pro­pose une flâ­ne­rie sur les che­mins du silence avec le pre­mier Roman d’Adèle Rosen­feld, Les méduses n’ont pas d’oreilles. Elle aborde aus­si, à tra­vers le docu­men­taire Dans la ville Sourde, la démarche de la ville de Tou­louse qui a intro­duit la langue fran­çaise des signes – LSF- dans les écoles, il y a 40 ans. Une immer­sion à tra­vers plu­sieurs uni­vers pour com­prendre le monde des sourds, celui des mal­en­ten­dants et celui plus récents des implantés.
La fabrique urbaine #47 : la question du genre dans la ville américaine
A écouter ici

Les études menées ces der­nières années montrent que les condi­tions d’une acces­si­bi­li­té uni­ver­selle dans l’espace public ne per­mettent pas à cer­taines per­sonnes de s’y sen­tir à l’aise.
Peut-on consi­dé­rer l’espace public comme un lieu neutre ? Est-ce qu’il y a éga­li­té entre les sexes dans les usages de la ville ?
Ain­si, la place des femmes dans la ville est toute par­ti­cu­lière et nous vivons dans l’illusion de l’égalité.

Quels sont les « murs invi­sibles » qui se dressent pour les femmes dans la ville amé­ri­caine ? La solu­tion aux pro­blèmes, bien réels, de l’i­né­gale répar­ti­tion des tâches ou de l’ir­res­pect entre les sexes peut-elle pas­ser par l’urbanisme ?
Pour abor­der ces ques­tions, nous rece­vons Lau­rence Ger­vais, spé­cia­liste de la ville amé­ri­caine, afin de regar­der sous la jupe de la ville, décou­vrir la construc­tion spa­tiale gen­rée, les stra­té­gies fémi­nines et autres mino­ri­tés pour affir­mer leurs pré­sences dans l’espace public et les solu­tions pour « dégen­rer », quee­ri­ser la ville.

Dans la seconde par­tie de l’émission, nous retrou­ve­rons notre chro­ni­queur Xavier Capo­da­no qui nous pro­po­se­ra un livre à découvrir.

La fabrique urbaine #46 :  Résilience !
A écouter ici

Un son­dage réa­li­sé après le 1er confi­ne­ment révèle que 56 % des fran­ci­liens sou­haitent quit­ter leur région. Les ventes et les prix de l’immobilier sont en hausse en pro­vince et cer­taines villes, éloi­gnées jusque-là du phé­no­mène, se retrouvent aujourd’hui pri­sées et sous le feu des projecteurs.

La crise de la Covid 19 révèle l’i­na­dap­ta­tion de notre socié­té urbaine aux condi­tions de vie créées par la pan­dé­mie et une ville contem­po­raine dys­fonc­tion­nelle ; une inadap­ta­tion de l’offre actuelle en matière d’ar­chi­tec­ture et d’urbanisme.
Ain­si, la remise en cause des cita­dins de leur métro­pole inter­roge sur la taille idéale de la ville, sur les condi­tions pour obte­nir une ville rési­liente capable de s’adapter au chan­ge­ment climatique.

Notre invi­té Paul Ardenne cherche à repen­ser la ville, à défi­nir les ingré­dients pour répondre aux maux de la ville et déve­lop­per une archi­tec­ture post-Covid. Un « monde d’a­près » qui devra être « non la réplique mais la forme amé­lio­rée de notre présent ».

Juliette dans sa flâ­ne­rie pro­pose la décou­verte de “Sai­sons du voyage” de Cédric Gras et Mars de Fran­cois Schui­ten et Syl­vain Tesson.

La fabrique urbaine #45 : Nourrir la ville
A écouter ici
Aujourd’hui, plus d’un habi­tant sur deux dans le monde habite dans une ville. En 2050, ce sera près de 80 %. Aus­si, nour­rir les villes devient plus que jamais un enjeu.
En pleine crise sani­taire et alors que les scan­dales ali­men­taires se mul­ti­plient et que les consom­ma­teurs sont de plus en plus méfiants, com­ment nour­rir les habi­tants des villes ?
Cou­plée à l’ex­plo­sion urbaine et au chan­ge­ment cli­ma­tique, la ques­tion de l’alimentation des villes, devient l’un des plus grands défis. Repous­sée hors des fron­tières de la cité au XXe siècle, l’agriculture revient au cœur de celle-ci sous des formes inat­ten­dues. Conscientes de leur vul­né­ra­bi­li­té, les villes riva­lisent d’initiatives pour relo­ca­li­ser chez elles une par­tie de leur sys­tème ali­men­taire. Com­ment alors réin­ven­ter les liens entre la ville et l’agriculture ?
 
Pour Sté­phane Linou, « bien nour­rir la cité, répondre aux besoins de ses habi­tants et amé­lio­rer leur qua­li­té de vie, c’est garan­tir le bon fonc­tion­ne­ment de l’écosystème urbain » (Villes voraces, villes fru­gales. Sous la direc­tin de G. Fumey et T. Paquot).
 
La fabrique urbaine #44 : Un voyage dans la Rust Belt aux Etats-Unis

Avec Max Rousseau

A écouter ici
Suite à la crise immo­bi­lière amé­ri­caine aux réper­cus­sions mon­diale, les villes nord amé­ri­caines de la Rust Belt font l’objet d’une atten­tion par­ti­cu­lière de la part des chercheurs.
Les villes comme Detroit, Cle­ve­land, Chi­ca­go, ont été frap­pées par dif­fé­rentes crises qui se cumulent et s’entrechoquent. Comme l’é­crit notre invi­té « La sur­con­cen­tra­tion de pauvres pri­vés des moyens basiques de leur repro­duc­tion (…) laisse à pen­ser à une situa­tion révo­lu­tion­naire, s’ajoute à cela la dimen­sion raciale » (Plus vite que le cœur d’un mor­tel. Désur­ba­ni­sa­tion et résis­tances dans l’Amérique aban­don­née de Max Rous­seau et Vincent Béal aux édi­tion Grevis).
Ain­si, com­ment la dés­in­dus­tria­li­sa­tion et la crise éco­no­mique ont fait de villes flo­ris­santes des shrin­king cities, ces villes en déclin ? Com­ment les habi­tants vivent et se mobi­lisent sur ces ter­ri­toires en pleine trans­for­ma­tion ? Quel rôle joue les com­mu­nau­tés urbaines dans le dyna­misme ou le renou­veau de la ville ? De quoi ces villes nord-amé­ri­caines sont-elles le nom ?
 
Max Rous­seau dresse un por­trait de la ville de Cle­ve­land et son fameux modèle de déve­lop­pe­ment qui est aujourd’hui une réfé­rence mon­diale pour des ter­ri­toires abandonnés.
La fabrique urbaine #43 : Convoitises et résistances dans les quartiers populaires

Avec Mathieu Van Criekingen

A écouter ici

Chaque ville déve­loppe son sto­ry­tel­ling afin de mettre en avant les capa­ci­tés de son ter­ri­toire à atti­rer cette fameuse classe créa­tive, connec­tée et bran­chée. Ain­si, la trans­for­ma­tion de quar­tiers popu­laires, la recon­ver­sion d’anciens bâti­ments indus­triels en gale­ries com­mer­ciales, en centre d’art ou en start-up et l’ouverture de bars bran­chés … seraient le nec plus ultra pour sa ville.

Yup­pies et bobos sont les nou­veaux maitres de la ville !

Ain­si, l’effervescence autour des quar­tiers popu­laires fait figure de points chauds dans l’actualité urbaine. De Ber­lin à Bar­ce­lone, en pas­sant par Bruxelles, aucune ville euro­péenne ne semble épargnée !

Les élus de leur côté mettent en avant une amé­lio­ra­tion de la mixi­té sociale dans les quar­tiers popu­laires inves­tis par ces nou­veaux habi­tants. En revanche, rare sont les études sur le deve­nir des habi­tants de ces quar­tiers popu­laires expul­sés. Ils semblent ain­si ban­nis des dis­cours officiels.

Est-ce que la gen­tri­fi­ca­tion ne serait qu’une consé­quence pré­vi­sible, iné­luc­table dans les pro­ces­sus de renou­vel­le­ment urbain ? Qu’est-ce qui est recher­ché dans ces projets ?

 

La fabrique urbaine #42 : Révolution territoriale !

Avec Laurent Guidetti

A écouter ici

Selon l’ONU et l’OCDE, les villes consomment en ce début de XXIe siècle 75 % de l’énergie mon­diale et pro­duisent 80 % des émis­sions des gaz à effet de serre. Les enjeux sont donc sur les élus et les pro­fes­sion­nels de l’urbain.
Après des décen­nies de débats sur l’environnement, de congrès inter­na­tio­naux, de COP, de mise en place de concept tel que «déve­lop­pe­ment durable» et la «tran­si­tion éner­gé­tique», il est temps de pas­ser aux actions concrètes !

Mais que peuvent les pro­fes­sion­nels de l’urbain pour inver­ser la ten­dance et évi­ter la catastrophe ?

Laurent Gui­det­ti pro­pose rien de moins qu’un Mani­feste pour une révo­lu­tion ter­ri­to­riale (Edi­tion Espa­zium, 2021). Un mani­feste brut, constat impla­cable de notre res­pon­sa­bi­li­té dans l’état actuel du monde et appel à la révo­lu­tion des pratiques.

Tous les champs de la pen­sée ter­ri­to­riale — du loge­ment à l’agriculture, des modèles éco­no­miques de pro­duc­tion du bâti à la mobi­li­té en pas­sant par les modes de vie et la ges­tion des déchets — sont pas­sés au crible et il donne des outils à tous les acteurs du ter­ri­toire pour pen­ser et agir main­te­nant dans un monde incertain.

Par­ta­ger l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article