À Dijon, un modèle énergétique pour la ville de 2050
default

La métro­pole dijon­naise a béné­fi­cié d’un finan­ce­ment euro­péen pour lan­cer le pro­jet expé­ri­men­tal Res­ponse, qui doit conduire toute une par­tie de quar­tier à l’autoconsommation. Si les moyens à mettre en œuvre s’avèrent com­plexes, l’aboutissement en 2025 de l’opération ser­vi­rait de modèle à répli­quer dans d’autres villes d’Europe.

 

En mars 2020, Dijon Métro­pole, appuyée par les équipes d’EDF, a rem­por­té l’appel à pro­jets euro­péens « H2020, villes et com­mu­nau­tés intel­li­gentes ». Ce pro­gramme vise à déve­lop­per puis tes­ter des solu­tions inno­vantes en faveur du déploie­ment de « quar­tiers à éner­gie posi­tive », soit des quar­tiers qui pro­duisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Afin de lut­ter effi­ca­ce­ment contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, ces quar­tiers devront éga­le­ment for­te­ment réduire leurs émis­sions de gaz à effet de serre (GES). L’objectif de la Com­mis­sion euro­péenne est de favo­ri­ser l’émergence de villes rési­lientes, par­tout en Europe d’ici à 2035. Selon l’agence des Nations unies UN-Habitat’s Cities and Cli­mate Change Ini­tia­tive (CCCI), 70 % des émis­sions de GES pro­viennent des villes. Face ce constat, le pro­jet euro­péen Res­ponse pro­pose de faire émer­ger deux démons­tra­teurs gran­deur nature à Dijon et à Tur­ku (Fin­lande). Il s’agit de tes­ter plus de 80 inno­va­tions, dont les plus per­ti­nentes seront, à l’issue du pro­jet, répli­quées dans d’autres villes européennes.

Le groupe EDF est le plus gros par­te­naire du consor­tium dont il assure éga­le­ment la coor­di­na­tion via sa filiale Eifer. Ain­si, la Métro­pole de Dijon et EDF déve­loppent-ils ensemble un pro­jet de réno­va­tion éner­gé­tique de deux îlots de bâti­ments à Dijon, dans le quar­tier de la Fon­taine d’Ouche. Cette réno­va­tion repose sur plu­sieurs solu­tions inédites pour lut­ter contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et amé­lio­rer la qua­li­té de vie des habi­tants du quar­tier. Ain­si, le pro­jet Res­ponse met­tra en œuvre la plus grande opé­ra­tion d’autoconsommation col­lec­tive de France pour par­ta­ger l’énergie pro­duite loca­le­ment et pro­po­se­ra de tes­ter des sys­tèmes de sto­ckage éner­gé­tique inno­vants : mobi­li­té élec­trique intel­li­gente (Vehicle-to-grid, V2G) des tech­no­lo­gies de pilo­tage opti­mi­sé ; ther­mo­stats intel­li­gents pour faire bais­ser les consom­ma­tions ; pla­te­forme de sui­vi Énergie/Climat à l’échelle de la métro­pole, pour suivre les pro­grès réa­li­sés. Pour Dijon, il est la marque d’une ambi­tion qui doit s’étendre à l’échelle de la métropole.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00