« Les élus veulent un réel pouvoir de décision dans la production d’énergie »

Arnaud Bru­nel, direc­teur géné­ral du Sip­pe­rec, et Jérôme Dubois, maire de Volx (Alpes-de-Haute-Pro­vence), évoquent l’investissement crois­sant des ter­ri­toires dans la pro­duc­tion éner­gé­tique ain­si que les réa­li­tés com­plexes du déploie­ment des éner­gies renouvelables.

Le développement contemporain des territoires et des villes a toujours été conditionné par l’accès aux ressources énergétiques. Pourtant, jusqu’à une période très récente, et malgré les crises précédentes, la problématique énergétique était un angle mort de l’aménagement du territoire. Comment l’expliquer ?

 

Jérôme Dubois : En effet, ce n’est pas une ques­tion qu’on s’est posée au quo­ti­dien dans le monde des col­lec­ti­vi­tés locales. Avant, la seule ques­tion, c’était : où est-ce qu’EDF va mettre le trans­fo et quelle est la gros­seur du câble pour ali­men­ter le nou­veau quar­tier ? Et c’était vrai aus­si pour le monde de l’aménagement, de l’urbanisme, les archi­tectes, les pro­mo­teurs, les ban­quiers… Ce qui se passe aujourd’hui est assez nou­veau, que ce soit en termes d’auto-consommation, de pro­duc­tion ou de choix tech­no­lo­gique. On est main­te­nant confron­té à des ques­tions qu’on ne s’était jamais posées : est-ce que qu’il faut faire du pho­to­vol­taïque ? De la géo­ther­mie ? Mais aus­si à des ques­tions finan­cières, car les EnR [énergies renou­ve­lables, NDLR], c’est extrê­me­ment capitalistique.
Aujourd’hui, quand on fait des docu­ments d’urbanisme – SCoT et PLU1 – on va se deman­der ce qu’il faut pro­mou­voir en termes d’obligations mini­males, mais les col­lec­ti­vi­tés ne sont pas com­plè­te­ment appa­reillées pour ça. On a des contrats de recherche pour savoir si dans le cadre d’une OAP2, il est légal d’imposer 20 % de toi­ture en pho­to­vol­taïque, etc. Jusqu’où on va ? Jusqu’où ça remet en cause des pro­jets parce que les pro­mo­teurs construc­teurs ne suivent pas ? Donc, oui, c’est un bou­le­ver­se­ment abso­lu des pra­tiques. Et il y a des posi­tion­ne­ments, des tra­jec­toires ter­ri­to­riales qui sont très dif­fé­rentes. Cer­tains ter­ri­toires résistent en disant : « Je n’ai pas les com­pé­tences et je n’ai pas l’argent. » À l’inverse, d’autres en font le socle de leur pro­jet ter­ri­to­rial. Outre  la mécon­nais­sance des sujets, il y a aus­si la notion de risque. C’était bien pra­tique dans le monde de l’aménagement et de l’urbanisme quand les poli­tiques éner­gé­tiques étaient réglées par les éner­gé­ti­ciens et par l’État fran­çais. Il n’y avait pas de débat local. Donc une source de conflits en moins. Or, aujourd’hui, le déploie­ment des EnR, que ce soit les éoliennes ou le pho­to­vol­taïque, se fait dans un cli­mat social pas­sion­nel. C’est une couche de dif­fi­cul­tés sup­plé­men­taires pour les élus, ce qui explique les résis­tances de certains.

 Arnaud Bru­nel : Les com­munes ont tel­le­ment de choses à gérer que quand l’énergie n’était pas chère, ce n’était pas une prio­ri­té. Mais ceci n’est pas propre aux col­lec­ti­vi­tés ; c’est un pro­blème cultu­rel. Quand on y pense, la moi­tié des comp­teurs élec­triques ne sont pas acces­sibles. Le vôtre est-il chez vous ? Dans une colonne mon­tante de votre immeuble ? Dans un mur à l’extérieur ? On n’a pas mis l’outil qui compte votre consom­ma­tion à côté de là où vous consom­mez. L’esprit, c’était de dire : « Appuyez sur le bou­ton, ça marche, il y a la lumière, pour­quoi vous occu­per du reste ? » Or, cette pré­oc­cu­pa­tion est main­te­nant réelle avec la hausse des prix de l’énergie et le chan­ge­ment cli­ma­tique. Même si les élus sont quand même enga­gés depuis très long­temps en faveur de la pro­tec­tion de l’environnement comme avec le zéro phy­to, l’éclairage noc­turne, l’isolation des bâti­ments, le tri des déchets, les filières courtes… Ils n’ont pas atten­du la crise actuelle pour agir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00