Élus et urbanistes : place à la concorde

Les relations entre élus et urbanistes se nourrissent mutuellement, dans un dialogue parfois piquant. Si les maires comptent beaucoup sur le savoir-faire de ces professionnels pour concrétiser leur vision sur le territoire, ils attendent aussi de leur part une plus grande capacité d’écoute. De l’art subtil de la diplomatie urbaine.

 

Lorsque l’on inter­roge des élus sur leur nécessité de tra­vailler avec des urba­nistes, les réponses ne laissent pas de place au doute. « Nous sommes à un tour­nant his­to­rique, estime Johan­na Rol­land, la maire de Nantes et présidente de la Métropole. Il faut repen­ser la ville – la façon d’y pro­duire et d’y habi­ter –, réinventer notre rap­port à l’environnement. Pour mener à bien cette bifur­ca­tion, nous avons besoin des urba­nistes. C’est ensemble que nous pour­rons gar­der la maîtrise col­lec­tive de notre des­tin et de la manière dont on fabrique nos ter­ri­toires. »

De son côté, Phi­lippe Rio, maire com­mu­niste de Gri­gny (Essonne), ne dit pas autre chose : « Plus que jamais, les métiers de la ville sont déterminants pour être à l’écoute des ter­ri­toires – de leurs forces et fai­blesses –, pour aider à écrire des récits de trans­for­ma­tion et appor­ter des solu­tions au chan­ge­ment cli­ma­tique. » Plus concrètement, les urba­nistes sont atten­dus par les élus sur des ques­tions tant tech­niques que stratégiques : pour élaborer un règlement du PLU [plan local d’urbanisme, ndlr] comme pour développer de « nou­velles mobilités » ou des « filières indus­trielles », pointe Vir­gi­nie Caro­lo-Lutrot, maire de Port-Jérôme-sur-Seine (Seine-Mari­time) et présidente de Caux Seine agglo.

Les édiles peuvent comp­ter sur deux formes de com­pa­gnon­nage : les urba­nistes qui tra­vaillent pour leur col­lec­ti­vité, et ceux désignés dans le cadre de marchés pour un pro­jet en par­ti­cu­lier. Cécile Helle, la maire d’Avignon (Vau­cluse), apprécie de pou­voir s’appuyer sur les deux : « Il est essen­tiel d’en intégrer dans mes équipes pour bien prendre en compte, au quo­ti­dien, les enjeux urbains et ter­ri­to­riaux dans le contexte de la tran­si­tion écologique et cli­ma­tique. Mais il est aus­si intéressant d’aller cher­cher des expériences venues d’ailleurs. » D’autres « références » qui sont en mesure de « crédibiliser » ses pro­jets, estime-t-elle.

Com­pen­ser la fai­blesse de l’ingénierie interne

Le recours aux urba­nistes extérieurs dépend déjà de l’ingénierie dis­po­nible en interne, fait remar­quer Jean-Phi­lippe Dugoin- Clément, maire de Men­ne­cy (Essonne), également vice-président de la Région Ile-de-France. Même bien four­nis, les ser­vices sont «happés» au quo­ti­dien par la somme de tâches à effec­tuer, explique le président de Grand Paris Aménagement. Mais sur- tout, « plus que par le passé, les collectivités ont du mal à recru­ter des per­son­nels ultra-qualifiés ».

Une carence qui concerne sur­tout les plus petites collectivités, qui n’en ont pas les moyens. Pour­tant, elles aus­si sont encou- ragées à por­ter des pro­jets de plus en plus ambi­tieux. C’est pour­quoi l’association Intercommunalités de France invite ses adhérents à mus­cler leurs ser­vices. Elle leur suggère aus­si de « ne pas enga­ger de crédits opérationnels sans libérer avant des crédits d’ingénierie », comme le précise Vir­gi­nie Caro­lo-Lutrot, également vice-présidente de l’association.

Pour l’élue, lorsque les collectivités lancent un marché d’urbanisme, elles cherchent sur­tout un « regard extérieur cru­cial ». À ce titre, l’expérience du 15e concours Euro­pan « Villes pro­duc­tives », auquel Port-Jérôme-sur-Seine a par­ti­cipé en 2017, l’a marquée : « On sor­tait enfin du car­can tech­nique pour racon­ter une his­toire, un “récit poétique” », s’enthousiasme-t-elle, ajou­tant que ces pro­fes­sion­nels sont « beau­coup plus que de simples tech­ni­ciens » et n’hésitant pas la com­pa­rai­son avec le plan de lotis­se­ment d’une entre­prise de VRD [voi­rie et tra­vaux divers] « qui ne raconte rien ». Vir­gi­nie Caro­lo-Lutrot ajoute qu’Europan a notam­ment conduit ses équipes « à tra­vailler sur la mise en valeur de lieux com­muns », avec un concept autour de roof­tops pro­po­sant des vues acces­sibles, à l’inverse des pro­jets clas­siques dans les­quels, dans un bâtiment, « plus tu montes, plus c’est cher ». Ce recours aux urba­nistes per­met ain­si de façonner une « vision de la ville que n’ont pas tous les maires, reconnaît Cécile Helle. Ils sont capables d’inscrire cette vision dans une tem­po­ra­lité à un hori­zon de dix ou vingt ans ». Une lon­gueur et une hau­teur de vue qui nour­rit tous les maires interrogés.

Lucie Roma­no

© François Marcuz

Sur la pointe ouest de l’île de Nantes, une nature amplifiée par l’a­te­lier Osty et associés, au sein de tis­sus urbains travaillés avec l’urbaniste Claire Schor­ter (laq).

Lire la suite de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00


News­let­ter

Infor­ma­tions légales
Pour rece­voir nos news­let­ters. Confor­mé­ment à l’ar­ticle 27 de la loi du 6 jan­vier 1978 et du règle­ment (UE) 2016/679 du Par­le­ment euro­péen et du Conseil du 27 avril 2016, vous dis­po­sez d’un droit d’ac­cès, de rec­ti­fi­ca­tions et d’op­po­si­tion, en nous contac­tant. Pour toutes infor­ma­tions, vous pou­vez accé­der à la poli­tique de pro­tec­tion des don­nées.


Menus