La fabrique urbaine, émission radiophonique

La Fabrique urbaine est une émis­sion qui explore les cou­lisses de la ville et décrypte l’actualité urbaine.

Deux fois par mois, nous par­tons à la décou­verte de la ville à la ren­contre d’universitaires, d’écrivains, d’artistes et de ses déci­deurs afin de mieux cer­ner les enjeux de la ville du XXIe siècle.
Ren­contres, échanges et débats sur les enjeux de la ville agré­mentent les émissions.
La Fabrique Urbaine est une émis­sion pro­duite et ani­mée par Aldo Bearzatto.

 

La fabrique urbaine #52 – L’agriculture urbaine comme remède aux inégalités 

À écou­ter ici

Si une rup­ture totale du sys­tème d’approvisionnement ali­men­taire sur­ve­nait, Paris n’aurait que 3 à 4 jours d’autonomie. Un chiffre stu­pé­fiant voire affo­lant, qui a entraî­né une prise de conscience durant la crise sani­taire. L’agriculture urbaine est défi­nie par Fla­mi­nia Pad­deu comme la fabri­ca­tion de den­rées ali­men­taires (et déri­vés) issus de la culture et de l’élevage dans et autour des villes.

Gla­nage, cueillette, jar­dins ouvriers, fermes urbaines, elle prend des formes diverses et acquiert peu à peu son droit de cité. Fla­mi­nia Pad­deu s’est inté­res­sée aux actions d’associations et indi­vi­dus sur fond d’alliances et de conflits dans les villes de New-York, Détroit et dans le Grand Paris.

Une enquête qui met en exergue les pro­blé­ma­tiques sous-jacentes liées à l’expansion de l’agriculture urbaine : mode de vie cita­din, arti­fi­cia­li­sa­tion des sols et dépen­dance aux importations.

« Sous les pavés, la terre. Agri­cul­tures urbaines et résis­tances dans les métro­poles. », Fla­mi­nia Pad­deu, Édi­tions Anthro­po­cène Seuil.

 

 

La fabrique urbaine #51 – La progression de l’extrême droite expliquée par le déclin urbain

A écou­ter ici

Com­ment éclai­rer des évè­ne­ments poli­tiques radi­caux – tels que le Brexit ou l’élection de Donald Trump – par le prisme de l’aménagement des ter­ri­toires ? Sous la direc­tion de Vincent Béal, Nico­las Cau­chi-Duval et Max Rou­seau, une dizaine d’autrices et auteurs ana­lysent les dyna­miques ter­ri­to­riales de ces ter­ri­toires décrois­sants, déter­mi­nés par un déclin démo­gra­phique, une dévi­ta­li­sa­tion éco­no­mique et une pau­pé­ri­sa­tion de ses habitants.

Aux États-Unis, le déclin démo­gra­phique touche les grandes villes tan­dis qu’il se mani­feste en France dans les petites et moyennes villes indus­trielles prin­ci­pa­le­ment loca­li­sées dans le Grand Est et la Dia­go­nale du vide.

À tra­vers les exemples états-unien, fran­çais et maro­cain, Vincent Béal décrypte les rai­sons de ce déclin et les réponses poli­tiques appor­tées — inter­ro­geant notam­ment le rôle de l’État « dopé par le dogme de l’austérité » — au micro d’Aldo Bearzatto.

« Déclin urbain. La France dans une pers­pec­tive inter­na­tio­nale », sous la direc­tion de Vincent Béal, Nico­las Cau­chi-Duval et Max Rou­seau, Édi­tions du Croquant.

 

 

La fabrique urbaine #50 – Cartes postales de l’imaginaire urbain des Trente Glorieuses 

 A écou­ter ici

Spé­cia­liste de la poli­tique de la ville et de la réno­va­tion urbaine, Renaud Epstein entame une col­lec­tion de cartes pos­tales en 1994, alors qu’il mène une recherche dans la ZUP des Trois Ponts à Rou­baix. En 2014, il se lance dans une exhi­bi­tion quo­ti­dienne de ces grands ensembles, tant stig­ma­ti­sés et cri­ti­qués dans le débat public. Un jour, une ZUP, une carte pos­tale est né, sur le réseau social à l’oiseau bleu.

Renaud Epstein pré­sente dans cette cin­quan­tième émis­sion sa der­nière paru­tion, un ouvrage illus­tré qui remet sur le devant de la scène ces villes dor­toirs éri­gées dans la seconde moi­tié du XXème siècle, par le for­mat sin­gu­lier de la carte pos­tale. Un saut en arrière qui offre un pano­ra­ma sin­gu­lier pour balayer ces sté­réo­types pré­gnants à l’évocation des grands ensembles, sym­bole de la recons­truc­tion d’une France détruite par les folies de la guerre.

Une inter­view pour mieux com­prendre l’avènement de ces bâti­ments à l’architecture par­fois étonnante.

« On est bien arri­vés. Un tour de France des grands ensembles », Renaud Epstein, Le Nou­vel Attila/Seuil.

*Un aper­çu de cet ouvrage est à retrou­ver dans le n°425 de la revue Urba­nisme consa­crée au logement.

Par­ta­ger l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article