L’habitat participatif, une démarche ouverte à tous

La coopé­ra­tive Faire-Ville basée à Tou­louse a pour objec­tif de rendre acces­sible un habi­tat choi­si et abor­dable à des familles modestes. Elle déve­loppe une méthode de pro­gram­ma­tion d’un habi­tat par­ti­ci­pa­tif conçu en par­te­na­riat avec des bailleurs sociaux.

DEUX PROJETS EMBLÉMATIQUES À TOULOUSE

« Aux quatre vents » sur la ZAC de La Car­tou­che­rie livré en février 2018. Il s’agissait, selon les conseils de Faire- Ville à l’aménageur, de réunir plu­sieurs opé­ra­tions en une, par tranche de cet éco­quar­tier par­ti­cu­liè­re­ment dense pour Tou­louse, de sorte à ini­tier la vie col­lec­tive par une opé­ra­tion rela­ti­ve­ment impor­tante à double détente. En pre­mière tranche, ce fut 89 loge­ments répar­tis en quatre immeubles par­ti­ci­pa­tifs autour d’un jar­din cen­tral, conforme aux pres­crip­tions de la ZAC, ce qui en a fait la plus impor­tante opé­ra­tion d’habitat par­ti­ci­pa­tif en France lar­ge­ment dif­fu­sée par la presse, cré­di­bi­li­sant a insi l’ouverture au plus grand nombre de la démarche par­ti­ci­pa­tive. 

Cette coop­ta­tion maî­tri­sée, notam­ment en ce qui concerne les ori­gines eth­niques, se mani­feste par une grande mixi­té avec 13 natio­na­li­tés dif­fé­rentes, sans par­ler des Fran­çais d’origine étran­gère. Nous avons inté­gré éga­le­ment des han­di­ca­pés, avec, aux « Quatre vents », la pre­mière signa­ture en France d’un jeune tri­so­mique. 

Avec dif­fé­rents équi­pe­ments pro­gram­més par les habi­tants, par­mi les­quels au plan col­lec­tif : le jar­din cen­tral com­mun, une grande salle com­mune divi­sible, une cui­sine par­ta­gée, un salon de musique, un ate­lier d’art plas­tique, un local bri­co­lage, puis pour chaque immeuble avec quelques varia­tions, un salon au rez-de-chaus­sée, une buan­de­rie, une chambre d’amis, et une ter­rasse sur le toit ; l’ensemble des espaces par­ta­gés en rez-de-chaus­sée don­nant sur le jar­din est de ce fait très vivant en jour­née. La vue de cette vie com­mu­nau­taire ouverte, des enfants cou­rant et jouant autour du jar­din, nous confirme dans cette cer­ti­tude que la « construc­tion » de la vie, la pro­messe d’une aven­ture humaine faite d’échanges créa­tifs est une oeuvre plus enthou­sias­mante et pré­cieuse que la livrai­son d’immeubles vides de tout pro­jet et de toute vie sociale. 

Le pro­jet mené avec le COL (Comi­té ouvrier pour le loge­ment), sus­cite un grand inté­rêt média­tique. Lau­réat du concours « Des­sine-moi Tou­louse » orga­ni­sé par la Métro­pole, ce pro­jet s’inscrit dans le quar­tier en plein renou­vel­le­ment de la gare Ray­nal. « Eux-RE » est un pro­jet mixte de dimen­sion urbaine, d’aménagement, d’habitat, d’activités d’économie soli­daire et cir­cu­laire, et de créa­tion artis­tique autour d’une cour, d’un jar­din et d’une rue ouverte au public. Cet ensemble intègre toutes les mixi­tés – sociale, cultu­relle, géné­ra­tion­nelle, fonc­tion­nelle, typo­lo­gique… et f inale­ment urbaine – favo­ri­sant les échanges et l’intensité d’une vie urbaine ouverte à la vi lle, comme un petit quar­tier créa­tif et popu­laire. 

Sté­phane Gruet, archi­tecte et phi­lo­sophe, pré­sident de Faire-Ville

Pho­to : « Aux quatre vents » sur la ZAC de La Car­tou­che­rie, à Tou­louse (archi­tecte Alain Grima/GGR) © Faire-Ville 

Commandez le numéro 420 « L’action publique revisitée par le design ? »
en version numérique

Par­ta­ger l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article
Abonnez-vous !

Découvrez nos offres d'abonnement papier ou numérique.