Poitiers : la réinvention du palais des ducs d’Aquitaine

Quand la réinvention du palais des ducs d’Aquitaine impulse un projet d’attractivité culturel et urbain

La mutation du palais des ducs d’Aquitaine à Poitiers, site patrimonial majeur de 6 000 m² en plein cœur de ville, est déclenchée par le départ de la cité judiciaire qui occupait jusqu’alors l’édifice. Quelle nouvelle page écrire pour ce site exceptionnel ? La Ville engage en 2017 une démarche mobilisant le design thinking, avec l’ambition que la révélation du palais s’inscrive dans une dynamique de projet de quartier et au service de l’attractivité globale de la cité poitevine. L’approche itérative est lancée, elle va se déployer sur trois années.

Une première étape permet de statuer sur l’opportunité d’une programmation culturelle et touristique via une étude de publics, impacts et retombées, et de calibrer les moyens et investissements. Réalisée par la Scet, la mission combine expertise, benchmark et recueil des besoins des usagers cibles, via une enquête quantitative auprès de plus de 1 000 personnes qui expriment un intérêt pour une telle offre.

La Ville poursuit ensuite la démarche de réflexion et d’enrichissement des usages pendant 1 an en organisant un « Rendez-vous des idées », une exposition itinérante, un défi « hackathon », pour générer encore de nouvelles idées auprès de la population, avec près de 3 000 contributions.

L’équipe municipale décide finalement de créer un évènement artistique et culturel, « Traversées », qui fait dialoguer le patrimoine historique de la ville et la création contemporaine, pour amorcer le projet urbain. Un parcours artistique et culturel qui invite ainsi à (re)découvrir 20 lieux parfois méconnus du grand public ou non accessibles, à travers le regard de 30 artistes. La première édition est lancée fin 2019 sur 3 mois, avec une volonté forte d’expérimenter ces nouveaux usages.

La Scet a réalisé une évaluation in situ qui consistait à analyser la perception, le vécu et l’appréciation par différents publics (habitants, visiteurs, touristes, acteurs économiques, professionnels du tourisme et de la culture), l’impact sur l’activité touristique et l’image de la ville. Deux temps d’immersion, au lancement et à la fin de l’édition, sous la forme d’entretiens flash, observations in situ, d’entretiens avec des professionnels de la culture et du tourisme, permettent d’investiguer près de 90 personnes. Des recommandations opérationnelles – certaines déployées chemin faisant au cours de l’évènement – permettent d’identifier des ajustements et axes de progrès, notamment sur le concept de programmation, la promotion et la signalétique, pour améliorer les prochaines éditions.

L’évènement a réuni au final près de 165 000 visiteurs, un succès pour une première édition de ce type. Depuis lors, le contexte politique local a évolué, avec un changement d’exécutif à la tête de la ville qui pourrait bien questionner à nouveau le concept et la programmation des « Traversées ».

Anne-Catherine Ottevaeredirectrice de missions à la Scet

Photo : © Pauline Duchatelet/Scet

Commandez le numéro 420 « L’action publique revisitée par le design ? »
en version numérique

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À propos

Depuis 1932, Urbanisme est le creuset d’une réflexion permanente et de discussions fécondes sur les enjeux sociaux, culturels, territoriaux de la production urbaine. La revue a traversé les époques en réaffirmant constamment l’originalité de sa ligne éditoriale et la qualité de ses contenus, par le dialogue entre chercheurs, opérateurs et décideurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Partager l'article
Abonnez-vous !

Découvrez nos offres d'abonnement papier ou numérique.