Les tiers-lieux, centrifugeuses de projets

Que peuvent-ils concrètement apporter dans la régénération des territoires ? Quelles sont les conditions de leur émergence et de leur montée en puissance ?

 

En avril 2020, en pleine crise sani­taire du Covid-19, à Saint-Maur (Indre), l’équipe du fablab Le Labo­mo­tive struc­ture en urgence un réseau de petite pro­duc­tion de maté­riel médi­cal regrou­pant sa propre uni­té ain­si qu’une cin­quan­taine de pro­fes­sion­nels et pos­ses­seurs d’imprimantes 3D de la région. Au même moment, à Saint-Julien-en-Born dans les Landes, La Sma­lah, café cultu­rel, reste le seul com­merce de proxi­mi­té ouvert dans la com­mune et orga­nise un réseau local d’entraide. Nom­breux sont les exemples de tiers-lieux qui ont fait preuve de leur capa­ci­té de trans­for­ma­tion et d’adaptation pour répondre aux besoins des habi­tants dans cette période par­ti­cu­lière de la crise sani­taire. Au sor­tir de cette crise, les tiers-lieux sont ame­nés à deve­nir des acteurs clés de la relance dans les ter­ri­toires. Encou­ra­gés par les pou­voirs publics comme leviers de revi­ta­li­sa­tion ter­ri­to­riale, ils voient leur légi­ti­mi­té confir­mée, leurs réseaux se struc­tu­rer et leurs pré­ro­ga­tives s’élargir.

 

Des lieux hybrides entre travail et vie sociale

Dans les ter­ri­toires ruraux et les villes moyennes en quête de revi­ta­li­sa­tion, ces lieux hybrides, entre tra­vail et vie sociale, apportent des solu­tions pour trans­for­mer les ter­ri­toires et leur ani­ma­tion : ils renou­vellent en hyper­proxi­mi­té les modes d’accessibilité des ser­vices publics, en par­ti­cu­lier dans les ter­ri­toires les plus déser­tés ; contri­buent à la réin­ven­tion de la démo­cra­tie locale, par l’impulsion et la fédé­ra­tion d’initiatives citoyennes ; encou­ragent la réin­dus­tria­li­sa­tion et la struc­tu­ra­tion de pro­duc­tions locales, en alliant arti­sa­nat tra­di­tion­nel et arti­sa­nat 4.0, et accom­pagnent les ter­ri­toires face au chan­ge­ment cli­ma­tique en acti­vant les cir­cuits courts et la filière du réemploi.

Si chaque tiers-lieu ne peut trai­ter seul l’ensemble de ces enjeux, cha­cun y contri­bue à hau­teur de ses moyens et en connexion à d’autres lieux. Cer­tains se posi­tionnent comme des labo­ra­toires d’expérimentation et cherchent à appor­ter des réponses struc­tu­relles et sys­té­miques aux tran­si­tions en cours, ce que le cher­cheur Raphaël Bes­son a nom­mé les « espaces tran­si­tion­nels ». Car les tiers-lieux mettent en pra­tique une manière inno­vante de faire pro­jet de ter­ri­toire : « Le tiers-lieu, c’est une façon de tra­vailler, un pro­ces­sus, une méthode. Ce sont des façons de faire tra­vailler ensemble des par­te­naires, de les inté­grer dans une gou­ver­nance par­ta­gée. C’est une cen­tri­fu­geuse des pro­jets », explique Ophé­lie Dey­rolle, direc­trice du WIP, tiers-lieu ini­tié à la Grande Halle de Colom­belles, dans un contexte de recon­ver­sion d’une friche por­tuaire normande.

Un défi pour les politiques publiques

Les tiers-lieux se sont déve­lop­pés de façon hété­ro­gène d’un ter­ri­toire à l’autre, par­fois dans une culture de l’autogestion, par­fois en com­pli­ci­té avec les col­lec­ti­vi­tés locales. S’ils ne sont pas un objet nou­veau, les poli­tiques publiques ont long­temps eu du mal à les appré­hen­der et à défi­nir leurs moda­li­tés de soutien.

Les éta­blis­se­ments publics de coopé­ra­tion inter­com­mu­nale (EPCI) sont assez natu­rel­le­ment deve­nus moteurs dans la créa­tion et le sou­tien aux tiers-lieux au titre de leur com­pé­tence en « déve­lop­pe­ment éco­no­mique ». Pro­gres­si­ve­ment, la puis­sance publique s’est adap­tée et a pris en compte les tiers-lieux dans des dis­po­si­tifs de sou­tien à l’innovation sociale et ter­ri­to­riale, notam­ment à l’échelle régio­nale. La coopé­ra­tive Nou­velle Aqui­taine, asso­cia­tion ini­tiée par des créa­teurs et ani­ma­teurs de tiers-lieux, deve­nue socié­té coopé­ra­tive d’intérêt col­lec­tif (SCIC), a ain­si exer­cé un réel plai­doyer auprès de la Région pour posi­tion­ner les col­lec­ti­vi­tés en faci­li­ta­tion et conso­li­da­tion de l’écosystème tiers-lieux. Dans cette mou­vance, plu­sieurs appels à pro­jets et appels à mani­fes­ta­tion d’intérêt (AMI) se sont déve­lop­pés dans d’autres régions.

C’est fina­le­ment plu­tôt récem­ment que l’État s’est sai­si de la ques­tion. La publi­ca­tion du rap­port Cowor­king (CGET, 2018) offre une pre­mière vision natio­nale du phé­no­mène : il réper­to­rie 1 800 tiers-lieux, dont 46 % hors des métro­poles, et émet de pre­mières recom­man­da­tions pour redy­na­mi­ser leur action dans les territoires.
Dans la fou­lée, l’État appuie ce mou­ve­ment en créant le pro­gramme « Nou­veaux lieux, nou­veaux liens », opé­ra­tion­nel depuis jan­vier 2020. Il est incar­né par un AMI natio­nal, doté de 45 mil­lions d’euros, qui, d’ici 2022, doit label­li­ser 300 « Fabriques de ter­ri­toire », dont 150 en milieu rural et en quar­tiers prioritaires.
L’association natio­nale France Tiers-Lieux est créée pour faire remon­ter les besoins des acteurs de ter­rain et struc­tu­rer la filière, ados­sée au Conseil natio­nal des tiers-lieux. L’État veut par ce biais rééqui­li­brer des dyna­miques ter­ri­to­riales inégales pour créer des tiers-lieux vec­teurs de déve­lop­pe­ment ter­ri­to­rial et d’inclusion numé­rique sur l’ensemble du ter­ri­toire national.

Pierre-Louis Rolle, direc­teur du pro­gramme « Nou­veaux lieux, nou­veaux liens » à l’Agence natio­nale de la cohé­sion des ter­ri­toires (ANCT), le sou­ligne : « Cet AMI a géné­ré un véri­table effet d’entraînement, avec la récep­tion de can­di­da­tures nom­breuses et qua­li­ta­tives venues de tout le ter­ri­toire natio­nal. Aujourd’hui, l’enjeu de l’AMI est de bien posi­tion­ner les tiers-lieux comme “centres de res­sources” pour les faire tra­vailler en réseau et en com­plé­men­ta­ri­té, en évi­tant les mises en concur­rence à l’échelle locale. »

L’État se place ain­si en faci­li­ta­teur pour mailler le ter­ri­toire natio­nal. Dans une logique ascen­dante, c’est le rôle de France Tiers-Lieux, en prise avec les besoins des acteurs de ter­rain, d’outiller les lieux pour qu’ils par­tagent des pra­tiques com­munes et tra­vaillent à l’équilibre de leur modèle. L’apport en ingé­nie­rie appa­raît essen­tiel pour des lieux qui au stade de l’amorçage res­tent fra­giles éco­no­mi­que­ment tout en devant faire la preuve de leur valeur ter­ri­to­riale. Le volet inclu­sion numé­rique, très pous­sé en quar­tiers poli­tique de la ville, devrait être encou­ra­gé prio­ri­tai­re­ment dans tous les tiers-lieux labellisés.

Conscients de la capa­ci­té d’organisation pro­duc­tive des tiers-lieux, démon­trée à large échelle pen­dant la crise sani­taire, l’État et ses par­te­naires devraient aus­si encou­ra­ger le déploie­ment de pla­te­formes de pro­duc­tion et de dis­tri­bu­tion d’hyperproximité, par la mise en réseau de petites uni­tés agiles. « L’enjeu des tiers-lieux dans la relance, c’est d’entrer dans cette logique de pro­duc­tion – dis­tri­bu­tion, d’inclusion numé­rique et de cir­cuits courts, déployée à par­tir du local vers une plus large échelle », appuie Pierre-Louis Rolle.

Les bonnes conditions de partenariat

La légi­ti­ma­tion publique des tiers-lieux paraît acquise, mais elle pose plu­sieurs ques­tions. Com­ment se posi­tionne l’action publique face à leur fra­gi­li­té éco­no­mique ? Com­ment crée-t-elle les condi­tions d’émergence, de déve­lop­pe­ment, d’expérimentation et de mise en réseau de ces espaces ? Mal­gré leur inven­ti­vi­té, la plu­part des tiers-lieux ont été dure­ment frap­pés par la crise sani­taire et les risques de fer­me­ture res­tent importants.

Les injonc­tions ren­for­cées d’utilité ter­ri­to­riale – voire de mis­sion de ser­vice public – sont-elles com­pa­tibles avec l’agilité et l’esprit d’expérimentation qui sont au cœur de leur ADN ? Les acteurs res­tent vigi­lants, comme en témoigne Ophé­lie Dey­rolle : « On mise beau­coup sur les tiers-lieux qui vont être ame­nés à prendre un rôle crois­sant sur des mis­sions de ser­vice public. Mais ça ne doit pas être au pri­vé d’en sup­por­ter la charge, ou nous tuons dans l’œuf les dyna­miques asso­cia­tives émer­gentes. Il est essen­tiel de poser un cadre clair d’implication des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales dans les tiers-lieux pour que ces der­niers puissent res­ter souples et adap­tables aux besoins de leurs publics. »

C’est le cadre d’action qui sera posé entre les tiers-lieux et les acteurs publics locaux qui garan­ti­ra leur capa­ci­té d’action dans la régé­né­ra­tion des territoires.

Nous iden­ti­fions plu­sieurs prin­cipes de par­te­na­riat vertueux :

  • Défi­nir les tiers-lieux comme des espaces d’intérêt territorial.
    Les tiers-lieux struc­turent les inté­rêts com­muns d’un ter­ri­toire, par la fédé­ra­tion d’initiatives citoyennes, éco­no­miques, asso­cia­tives, au ser­vice des tran­si­tions. Cette défi­ni­tion d’un inté­rêt com­mun pose la néces­si­té d’introduire un cadre de confiance entre les col­lec­ti­vi­tés et les tiers-lieux, au tra­vers de nou­veaux modes d’organisation ins­tau­rant une réci­pro­ci­té entre public et pri­vé. Pour que l’acteur public soit un par­te­naire de confiance, il doit faire preuve d’agilité. L’acculturation des col­lec­ti­vi­tés locales aux modes de fonc­tion­ne­ment souples et à la gou­ver­nance col­lec­tive est pour cela essen­tielle, pour dépas­ser l’effet d’aubaine et créer des espaces par­ta­gés, garants de valeur territoriale.
  • Sécu­ri­ser les initiatives.
    Le sou­tien de la col­lec­ti­vi­té locale est cen­tral à la réus­site d’un pro­jet de tiers-lieu et à la maxi­mi­sa­tion de ses retom­bées pour le ter­ri­toire. Un apport de finan­ce­ment public est indis­pen­sable à la phase d’amorçage de ces lieux aux modèles éco­no­miques fra­giles, notam­ment pour le por­tage des tra­vaux d’aménagement, la conso­li­da­tion de l’ingénierie du pro­jet et sa pré­fi­gu­ra­tion sur site. Le cas échéant, le por­tage de mis­sions de ser­vice public par les tiers-lieux doit être rééqui­li­bré par des moyens dédiés, en bonne intel­li­gence avec le fonc­tion­ne­ment glo­bal du lieu. Encore rare­ment sys­té­ma­ti­sée, la mesure de leur impact ter­ri­to­rial et de leurs exter­na­li­tés contri­bue­rait à la connais­sance de leur poids dans la revi­ta­li­sa­tion d’un ter­ri­toire et per­met­trait de mieux appré­hen­der les retom­bées de ces investissements.
  • Struc­tu­rer les réseaux.
    C’est par une action en réseau que les tiers-lieux se dote­ront des moyens col­lec­tifs pour appor­ter une réponse cohé­rente et plu­rielle à la revi­ta­li­sa­tion de leur ter­ri­toire d’implantation. Cette syner­gie repose sur le par­tage de bonnes pra­tiques et de res­sources com­munes et un trans­fert de com­pé­tences pour défi­nir des offres de ser­vices innovantes.
    Les col­lec­ti­vi­tés locales, et en par­ti­cu­lier les inter­com­mu­na­li­tés et Régions (en lien avec les contrats de plan État-Région), ont ici un rôle à jouer pour assu­rer un maillage équi­li­bré du ter­ri­toire, struc­tu­rer les com­plé­men­ta­ri­tés entre les lieux et décu­pler leurs capa­ci­tés de pro­duc­tion et création.

 

Auteurs : Julie Lan­nou, Mar­lène Le Guiet et Léa Finot, consul­tantes Pro­jets de ter­ri­toire à la Scet

 

Pho­tos : À Colom­belles, à l’est de Caen, l’ancien ate­lier élec­trique de l’usine sidé­rur­gique SMM, fer­mée depuis 1993, est deve­nu le WIP © WIP et La Grande Halle du WIP © Cyrus Cornut

 


Commandez le numéro 418 en version numérique
Dossier Les ressorts de la résilience territoriale

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00