Tunisie, les nouveaux visages de la mobilisation citoyenne

En 2012, au lendemain du « printemps », à partir d’une communauté de blogueurs qui rêvait de s’engager, la décision est prise de créer un observatoire politique, pour positionner les Tunisiens au cœur du débat : Al Bawsala est né.

 

Deux membres du groupe basés à Paris rentrent alors au pays, puis montent le pro­jet. Depuis, plu­sieurs outils ont vu le jour, ani­més par une équipe de per­ma­nents : un obser­va­toire du Par­le­ment, un obser­va­toire des conseils muni­ci­paux et un obser­va­toire du pou­voir exécutif.

Dans les acti­vi­tés menées par Al Baw­sa­la, il y a bien évi­dem­ment la col­lecte d’informations, une des prin­ci­pales mis­sions ; il y a éga­le­ment des acti­vi­tés de plai­doyer et de par­ti­ci­pa­tion aux ses­sions par­le­men­taires, dans la pers­pec­tive de pro­duire des films, mis en ligne, à des­ti­na­tion de leurs 500 000 abonnés.

Il y a enfin la réa­li­sa­tion de chro­niques, la rédac­tion de syn­thèses des débats, mais aus­si la pro­duc­tion de rap­ports d’évaluation de chaque ses­sion par­le­men­taire. Au titre de l’expertise acquise, ils sont régu­liè­re­ment audi­tion­nés par les pou­voirs publics.

Emma­nuel Matteudi

Pho­to : source Facebook

 

Abonnez-vous à la revue urbanisme en version numérique
Par­ta­ger l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article