« Nous avons le plus grand réseau de balades décarbonées au monde »

ovqiLBlq_400x400

Cofon­da­teur du média en ligne Enlarge your Paris, Vian­ney Delourme œuvre depuis 2013 à faire décou­vrir au public les richesses pay­sa­gères et les tré­sors archi­tec­tu­raux du Grand Paris par la pro­me­nade urbaine. Il retrace pour nous l’histoire de cette pra­tique et évoque l’avenir pro­met­teur d’un tou­risme de proxi­mi­té qui, depuis le Covid, répond aux aspi­ra­tions de nom­breux urbains, toutes caté­go­ries sociales confondues.

Com­ment est née l’idée des pro­me­nades urbaines dans le Grand Paris ?

Si le média Enlarge your Paris a été créé en 2013, c’était pour racon­ter le Grand Paris en tant que ville émer­gente au début de la métro­po­li­sa­tion. On ne connais­sait ni sa cou­leur, ni son iden­ti­té, ni ses pay­sages. La créa­tion du passe Navi­go, titre de trans­port unique, qui marque la fin des péages de zone à zone, et le pro­jet du Grand Paris Express ont immé­dia­te­ment impo­sé la marche urbaine dans notre pro­jet édi­to­rial. Nous avons com­men­cé nos explo­ra­tions dans le Grand Paris après avoir ren­con­tré le grand repor­ter Guy-Pierre Cho­mette, qui a publié Le Pié­ton du Grand Paris en 2014 [édi­tions Pari­gramme, NDLR], au moment où le tra­cé du Grand Paris Express était ren­du public. Rap­pe­lons qu’on parle ici de la créa­tion de 68 gares pour 200 km de lignes auto­ma­tiques implan­tées à 100 % en ban­lieue, après cent cin­quante ans d’organisation des trans­ports en étoile. Guy-Pierre Cho­mette a donc repris le prin­cipe des urba­nistes du tran­sect, sui­vant la ligne impo­sée par la réa­li­té de l’aménagement, pour voir ce qu’il y avait à voir. C’était exac­te­ment ce que nous vou­lons faire pour décou­vrir notre ter­ri­toire : mar­cher le long du Grand Paris Express, et de manière col­lec­tive en conviant des artistes, des habi­tants, des géo­graphes, des urba­nistes, des pho­to­graphes, des fores­tiers, des éco­logues, des eth­no­logues, des bota­nistes, etc., pour qu’ils nous racontent leur façon de regar­der la ville. Très vite, nous avons vécu un dépay­se­ment com­plet dans ce voyage de proxi­mi­té – qui n’est pas un slogan !

Une autre influence est le livre de Fran­çois Mas­pe­ro, Les Pas­sa­gers du Rois­sy-Express, de 1990 [éd. du Seuil]. Ce voyage au long cours, en ban­lieue, s’est fait au moment où l’on pré­pa­rait le bicen­te­naire de la Révo­lu­tion fran­çaise et où la culture « offi­cielle » por­tait un œil sur la culture popu­laire. 

C’est aus­si à ce moment que l’architecte Yves Cler­get a créé les pro­me­nades urbaines qui par­taient du Centre Pom­pi­dou. Le prin­cipe était de sor­tir du Paris patri­mo­nial d’André Mal­raux pour aller visi­ter les arron­dis­se­ments à deux chiffres, avec leur patri­moine urbain issu de la seconde par­tie du xxe siècle. C’est lui qui lance le prin­cipe de la pro­me­nade col­lec­tive avec un regard de valo­ri­sa­tion de cette par­tie de la ville, pour mon­trer ce qu’elle a de beau et d’honorable.

Rodolphe Cas­so

Pho­to : Twitter

https://www.urbanisme.fr/portfolio/numero-426/

Par­ta­ger l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article