Habiter un monde plus chaud

Il faut se préparer à habiter un monde plus chaud. C’est l’objet de ce dossier, à l’échelle des villes et des territoires.

 

Ana­lyses et points de vue contras­tés, voire oppo­sés, sur les voies à suivre pour per­mettre à leurs habi­tants de vivre sans suf­fo­quer, quitte à modi­fier les formes urbaines, et à la nature d’y jouer un rôle pro­tec­teur, afin que la ville reste « aimable », pour reprendre les mots de l’aménageur Chris­tophe Pérez (Serm). Le pre­mier pro­blème que ren­con­tre­ront les villes est celui de la dépen­dance à l’égard de res­sources essen­tielles situées à l’extérieur, qui, elles, sont à risque avec le chan­ge­ment cli­ma­tique, selon Jean-Marc Jan­co­vi­ci, expert en ques­tions énergétiques.

Ce dos­sier s’organise autour de quelques mots-clés : celui d’adap­ta­tion, dont Mar­got Pel­le­gri­no rap­pelle qu’elle a un double sens (adapter/s’adapter), qu’elle est ité­ra­tive, sans fin et ins­crite dans la durée. Celui de rési­lience bien sûr, deve­nu d’usage banal. S’intéressant aux extrêmes hydro­lo­giques, Bru­no Bar­ro­ca rap­pelle que la rési­lience a deux formes : la tran­si­tion socio-éco­lo­gique, et la capa­ci­té de rebond face à des extrêmes cli­ma­tiques impré­vi­sibles. Par­tant du prin­cipe que les quar­tiers urbains à haute den­si­té ampli­fient les effets du chan­ge­ment cli­ma­tique, l’universitaire new-yor­kais Jef­frey Raven, spé­cia­liste des cani­cules urbaines, défend l’idée contre-intui­tive que ces mêmes quar­tiers puissent absor­ber une par­tie des émis­sions des gaz à effet de serre (GES) grâce à des îlots de fraî­cheur. Y a‑t-il meilleure défi­ni­tion concrète de la résilience ?

Pour­tant, ce terme de rési­lience, l’architecte Phi­lippe Madec, ardent défen­seur de la fru­ga­li­té, le récuse. En met­tant en avant la rési­lience, estime-t-il, on ne soigne que les symp­tômes sans s’attaquer aux rai­sons de la crise. Avec d’autres concepts qu’il défend comme ceux d’établissement humain et de « bio­ré­gion », Phi­lippe Madec pro­pose de dépas­ser les oppo­si­tions sté­riles entre ter­ri­toires pour pen­ser un ave­nir apai­sé pour tous.

On pour­rait ajou­ter à cette liste lexi­cale les notions avan­cées par Michel Lus­sault dans le grand entre­tien qui pro­longe ce dos­sier : la « pré­pa­ra­tion », enten­due comme un concept phi­lo­so­phique, et la vul­né­ra­bi­li­té, consub­stan­tielle à l’être humain et contre laquelle « il n’y a pas lieu de se pro­té­ger ».

Com­ment, en consé­quence, pré­pa­rer les villes aux len­de­mains qui chauffent ? D’abord, par la connais­sance fine des phé­no­mènes : ce à quoi s’attellent des agences d’urbanisme pour repé­rer, car­tho­gra­phier et ana­ly­ser des îlots de cha­leur, à l’échelle de plu­sieurs métro­poles. Par des expé­ri­men­ta­tions inté­grant la ges­tion des inon­da­tions dans les formes et les fonc­tion­ne­ments urbains plu­tôt que par la mul­ti­pli­ca­tion des digues, explique pré­ci­sé­ment Bru­no Bar­ro­ca. En moder­ni­sant de très anciens prin­cipes d’architecture cli­ma­tique, pro­pose l’architecte Phi­lippe Rham, des­sins à l’appui. En rena­tu­rant les villes, défend l’écologue Marc Bar­ra. En ima­gi­nant com­ment faire du stress hydrique le levier d’un amé­na­ge­ment dif­fé­rent des ter­ri­toires, sug­gèrent les par­ti­ci­pants d’une table ronde orga­ni­sée par la Scet.

Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique a bien d’autres impacts sur l’organisation urbaine. Le plus com­plexe et le plus déli­cat, compte tenu de ses dimen­sions géo­po­li­tiques, est la crois­sance des migra­tions cli­ma­tiques, à l’intérieur des pays les plus tou­chés comme à l’extérieur. On sous-estime en Europe l’importance du phé­no­mène. Alice Baillat, Loren­zo Gua­da­gno et Pablo Escri­ba­no en rap­pellent les enjeux, les formes et les réponses qui peuvent y être appor­tées. La mon­dia­li­sa­tion et le cli­mat font cir­cu­ler les êtres humains. Les villes doivent aus­si se pré­pa­rer à les accueillir.

Jean-Michel Mestres, rédac­teur en chef adjoint

Pho­to : Vue de la 42e rue à New York, États-Unis © Alexan­der Spatari/GettyImages

Commandez le numéro 417 en version numérique
Abonnez-vous à la version numérique
Par­ta­ger l’article

À pro­pos

Depuis 1932, Urba­nisme est le creu­set d’une réflexion per­ma­nente et de dis­cus­sions fécondes sur les enjeux sociaux, cultu­rels, ter­ri­to­riaux de la pro­duc­tion urbaine. La revue a tra­ver­sé les époques en réaf­fir­mant constam­ment l’originalité de sa ligne édi­to­riale et la qua­li­té de ses conte­nus, par le dia­logue entre cher­cheurs, opé­ra­teurs et déci­deurs, avec des regards pluriels.


CONTACT

01 45 45 45 00

Par­ta­ger l’article